apt-get --purge screams

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 27 mai 2005

Still alive...

sisi! Je vous assure!

Seulement quelqu'un semble avoir discrétement appuyé sur la touche "avance rapide" de ma vie, ce qui a la désagréable conséquence de me donner deux idées de billet par jour, mais pas une seconde pour les rédiger.

Cette fois par contre, je note les plus pertinentes. Alors promis, je vous raconterai ;)

Bon week-end...

samedi 14 mai 2005

Alcool triste

Voilà, je ne peux même plus me faire un apéro au Soho sans que les parfums me ramènent quatre ans en arrière.

Quatre ans déjà, et pourtant j'ai l'impression que c'était hier.

C'est là que tout a commencé. Je pensais que ce n'était que du copinage, de toute façon Elle était bien trop bien pour moi: trop belle, trop intelligente, trop bien dans sa peau. L'avenir me dira qu'elle était bien loin d'être bien dans sa peau, et que finalement, elle était bien pour moi, ni plus, ni moins.

Je me souviens de toutes ces soirées de 2001, cette fin de printemps, ce début d'été, ces innombrables soirées, ces litres de Soho engloutis, cet alcool que je ne connaissais pas encore, accompagné de son lot de Malibu et de Passoa. Ces rires, et puis aussi ces confidences inespérés, ces baisers fuguaces qui, dans mon esprit, avait un goût d'éternité, une félicité qui reste le meilleur souvenir de ma vie.

Ce soir un verre m'aura ramené à cet âge d'or où je croyais en l'Amour, ce mot que je ne sais plus prononcer. Ce mot en lequel je ne crois plus vraiment, en lequel j'aimerais croire. Ca fait aujourd'hui quelque chose comme deux ans que je n'ai pas dit "je t'aime" à quelqu'un d'autre qu'un membre de ma famille. Tout simplement parce que ça m'était interdit de le dire à cette personne qui avait peur de passer à coté de sa vie en restant avec moi, parce qu'on s'est rencontré trop tôt, que c'était trop bien.

Tout ça, tout ces souvenirs, reviennent en moi, me transpercent le coeur comme un fer chauffé à blanc, planté droit dans le muscle où les poètes font résider ce sentiment ultime.

Ce soir, ils me rappellent que je me voile la face à chaque fois que je dis: "Non, c'est fini cette histoire, je n'y pense plus."

jeudi 12 mai 2005

Chemins croisés

Je pensais que cette rubrique était définitivement clause.

Je l'ai peut-être enterrée un petit peu vite.

  • Le hasard veut que j'ai des nouvelles d'Elle.
  • Le hasard veut que ça soti pour le moins très tendu entre ma copine et moi.
  • Le hasard veut que ça soit tendu entre Elle et son toxico' mec.

Mais il ne faut surtout pas qu'Elle l'apprenne... 'pas à moi de faire le premier pas, pas cette fois.

mercredi 11 mai 2005

Je vais finir...

... par toutes vous haïr.

Je pose un ultimatum à la gente féminine:

  • soit vous me donnez votre mode d'emploi universel dans les 24h...
  • ... soit je me fais curé. Ou homo... Oui homo c'est une bonne idée, je plais beaucoup aux homo, au moins ils seront gentils avec moi. Et puis merde, j'ai toujours su apprécié la plastique masculine, hein.
>_<

[Listening: "Assassine" de Pascal Obispo]

dimanche 8 mai 2005

La Normandie expliquée aux parisiens

Je vis en colocation avec deux personnes extra (et un boulet aussi mais bon...), et il se trouve qu'ils avaient un ami, Willy, d'origine goudeloupéene (je me plante pas trop dans l'ortho'? :-s ) qu'ils souhaitaient sensibiliser aux saveurs de la Normandie.

Ils ont donc organisé un pique-nique "normand" au milieu du Pont des Arts samedi dernier, et on eu la gentillesse de m'y inviter.

Au menu:

  • un demi pain chacun
  • un Lanquetot
  • un Pont L'Eveque
  • un Livarot
  • un Coulommiers (ok, c'est pas normand, mais c'était pour le from'ton industriel de référence ;))
  • un poirret
  • un cidre (brut évidemment)
  • un rouge (hors compétition aussi ;))
  • deux assiettes de cochonnaille (pour accompagner le rouge)

Déjà, dans l'état il devrait passablement souffrir, lui qui ne connait pas les fromages du pays.

Mais...

Mais mes coloc' sont très joueurs, du coup, il se sont senti obligé de mettre les fromages en condition optimale de dégustation (comprenez: achetés une semaine à l'avance, les laissant se faire au fond du frigo). Imaginez un petit peu la tête de Willy quand il a dû ouvrir le premier fromage... Un Lanquetot âgé d'une semaine, ça ne s'appelle plus un fromage mais un pur claquos.

Étrangement, il a adoré le cidre :)

Ce fut un repas tout à fait agréable, si ce n'est le vent qui nous glaçait l'échine. Entre les touristes étonnés de voir des gens manger sur le pont, le tournage d'une sitcom anglaise pathétique, un dragueur aux techniques déprimantes, que de bons souvenirs.

(Et un converti aux joies du Livarot aussi, dommage qu'il n'ait pas préféré le Pont L'Eveque, mais bon...)

Urgence de remettre ce genre d'expérience en pratique!

vendredi 6 mai 2005

Free time

hummmmmf!!!!

Une semaine sans blogger, alors qu'on a dix idées de post par jour. Oui c'est le syndrôme de la vie trop bien remplie.

On va prendre tout ça à rebrousse poil.


Ce que j'ai appris depuis ce matin:
  • y'a des matins où tout se passe comme prévu (sisi, c'est possible!)
  • les livreurs livrent dans les temps, quand ils veulent (idem)
  • un vrai lit, après 4 ans de clic-clac... bah ça change une vie
  • un vrai bureau, après 4 ans de bidouille... bah ça change une vie aussi
  • dire adieu à un clic-clac après 4 ans de souvenirs si fort... bah t'es trop matérialiste bonhomme (définitivement)

Jeudi 5 mai
  • y'a quelque chose d'hyper-space d'ouvrir les yeux sur sa montre à 5:55:55 un 5/05/05
  • c'est rageant de se réveiller un jour férié à 7h10, comme s'il fallait aller au boulot
  • c'est sympa de trouver le bureau idéal à pas cher
  • c'est fou ce qu'un peu d'agencement intelligent dans une chambre peu faire faire gagner beaucoup de place
  • mon cousin définitivement tarré, c'est pour ça que je l'aime bien :P

Mercredi 4 mai
  • y'a des matins où on sent que la journée va être pourrie, ça rate pas
  • RER raté, 15 min dans tes dents
  • problème à Châtelet, 30 min dans tes dents
  • tu as beau avoir 45 min de retard à ton taff, tu arrives quand même avant tes collègues (sauf bliny, faut pas déconner non plus...)
  • tu veux commiter tes trois dernières semaines de taff, et ben non: on te demande forcément de modifier quelque chose au dernier moment (en même temps, mon travail sera meilleur avec, donc...)
  • tu t'endors, et tu rêves d'Elle. Sauf que ça devient fréquent. Sauf que tu rêves que tu dors avec Elle, comme avant, tout contre Elle. Qu'Elle a le sourire, qu'Elle est contente d'être contre toi. Donc tu te rêveilles et tu te dis que malgré tous tes efforts, tu ne peux pas te cacher qu'Elle te manque énormément.
  • mon cousin est un taré, un vrai

Mardi...

bah non finalement je vais m'arrêter là, ce n'est plus très frais :P

Je vais profiter de ce jour férier pour... travailler :-S

[Mood: happy; Song: Natasha (JJG)]